Skip to content

POURQUOI S'INTERESSER AUX ALTERNATIVES CONCRETES?

 

Pourquoi s'intéresser aux alternatives concrètes?

 

Comment définir ce que nous pouvons considérer comme des alternatives concrètes? Quels sont leurs intérêts en terme de mise en oeuvre d’alternatives au système actuel, de laboratoires d'innovations sociales, écologiques et démocratiques, d'aiguillon vis-à-vis des services publics,  d’espaces de remotivation et d’éducation populaire, de convergences stratégiques au sein de la société civile…

 

Qu'entend-on par « alternatives concrètes »?

(A partir d'éléments présentés lors de la formation organisée par la commission Alternatives d'Attac et Récit).

 

On peut schématiser le champ de ce que nous considérons comme des alternatives concrètes, qu'elles appartiennent à l'économie solidaire ou aux services publics, en se référant aux 4 axes de valeurs qui sous-tendent l'action d'Attac : la justice économique et sociale et la solidarité ; l'écologie ; la démocratie ; l'émancipation individuelle et collective.

 

CHAMP DES ALTERNATIVES CONCRETES

expérimentées au sein de l'Economie Sociale et Solidaire (ESS) et des services publics,acteurs de transformation sociale, ici et maintenant, et dessinant les contours d'alternatives globales pour un monde plus juste, solidaire, démocratique, écologique et facteur d'émancipation

 

 

 

* Une initiative sera d'autant plus alternative qu'elle est novatrice dans ces différents domaines, et en particulier dans le domaine démocratique.

 

* Les valeurs à l'origine des projets sont importantes mais son caractère alternatif se juge à leur mise en œuvre effective et à leur réactualisation au cours de l'évolution du projet. Le système économique dominant a une forte capacité à récupérer ce qui réussit, d'où la nécessité d'une forte implication des membres pour éviter les dérives.

 

* Certaines initiatives qui visent surtout à répondre à un besoin local peuvent sembler modestes dans leurs objectifs et leurs valeurs mais peuvent être porteuses d'autres logiques de fonctionnement qui peuvent créer des déséquilibres et des ruptures par rapport à la pensée dominante.

 

* Il est important de parvenir à une réussite, même limitée, car cela fait prendre conscience que l'on peut changer les choses : cette conscience de son pouvoir d'agir a en soi un potentiel de transformation sociale.

 

Qu'est-ce qui a été fait au sein d' Attac concernant les alternatives concrètes ?

 

* La commission « Développement durable, solidarité internationale et économie sociale et solidaire » a travaillé sur ces thèmes de 2003 à 2005. Elle a produit un 4 pages toujours accessible sur le site national dans l'Attacpédia et sur Spirale alternatives, a participé à différents débats, par exemple au sein de la Quinzaine du commerce équitable, ou du forum social européen de St Denis. Elle a aussi organisé une formation sur le développement durable sur 3 week-end en 2005.

 

* L'Altervillage, qui existe depuis 2008, est un village alternatif temporaire fonctionnant en autogestion, organisé par Attac. C'est un espace de partage d'expérience dédié aux pratiques militantes, aux différentes formes d'action et où sont aussi organisés des ateliers sur les alternatives concrètes.

 

* Depuis 2009, le site Spirale Alternatives créé par des militants d'Attac vise à mieux faire connaître la diversité des initiatives alternatives.

 

* La commission Alternatives a été initiée par le CA élu en 2010 pour participer à promouvoir les initiatives alternatives. Elle a organisé ou coorganisé des ateliers lors des universités d'été : 8 en 2010, 6 en 2011 à Fribourg ainsi qu'une filière sur cette thématique à celle de 2012. D'autres ateliers ont été présentés en partenariat avec des comités locaux lors des CNCL. Elle a participé aux Etats généraux de l'Economie sociale et solidaire en 2011, pour lesquels elle a aussi rédigé deux « cahiers d'espérance ». Enfin elle a coorganisé la formation « Comment favoriser l'émergence d'alternatives locales ? » avec Récit sur deux week-end en 2011 et 2012.

 

* Un atelier organisé lors d'une CNCL en 2012 a montré que certains comités locaux sont engagés dans la promotion des alternatives concrètes en organisant des débats, voire en participant à la mise en place de Forums des alternatives locales (comme Attac St Dié, Attac 63, Attac Nîmes). Ils peuvent aussi soutenir des initiatives locales telles qu'Habicoop ou une épicerie solidaire pour Attac Rhône, ou être membre d'une SCIC ou d'un Café lecture comme Attac 63.

 

Cependant ils restent peu nombreux, alors que beaucoup de militants d'Attac sont investis dans des initiatives locales mais seulement de manière individuelle. On retrouve la même difficulté au niveau national à parvenir à suffisamment de consensus pour qu'Attac soutienne effectivement les initiatives alternatives, car cela constitue une évolution dans nos formes d'actions et peut susciter des réticences dont il faut débattre. En effet elles sont souvent liées à un manque d'information ou de perception de l'intérêt de ces initiatives dans la perspective de transformation globale qui est la nôtre.

 

Attac doit-elle soutenir activement des initiatives alternatives ?

La soixantaine de personnes présentes lors de l'atelier ont répondu positivement à la quasi unanimité à cette question posée sous forme de débat mouvant.

 

Les arguments donnés :

Il faut participer aux instances de ces structures pour

* maintenir leur composante éthique

* illustrer et expérimenter la théorie universitaire d'Attac, frotter nos idées au réel, avoir les mains dans le cambouis

* faire avancer le contre-système

C'est logique car nous partageons des valeurs communes : synergie et implication

Etre dans les actions concrètes valoriserait la réflexion d'Attac

Les membres d'Attac manquent d'orientations précises pour agir concrètement. C'est la structure nationale qui doit impulser. Les comités locaux pourraient avoir un référent local pour les alternatives concrètes.

Mais c'est difficile au niveau national : ce sont aux comités locaux à soutenir des alternatives concrètes si leurs membres y sont majoritairement favorables, mais sans l'imposer aux comités locaux qui y sont réticents.

 

Les membres d' Attac ont besoin de s'informer, d'une boîte à outils : ils peuvent utiliser le site Spirale Alternatives pour cela.

 

Attac a un rôle à jouer :

* au niveau global pour promouvoir les systèmes coopératifs

* pour créer des liens entre ce qui existe plutôt que de créer de nouvelles initiatives, et doit donc rester en dehors de ces initiatives

* au niveau de la réflexion sur ces expériences : par exemple est-ce que des îlots de socialisme peuvent être créés ? Quel rôle politique pour l'autogestion ?

S'intéresser aux alternatives concrètes peut permettre d'amener de nouveaux adhérents mais peut contribuer à leur départ s'ils sont trop pris par leur investissement dans ces alternatives

Attac doit se recentrer sur l'éducation populaire et faire passer ses idées.

 

---------------------------------------------------------------------------------------

 Du côté de l'Economie Sociale et Solidaire:

 

* Beaucoup d'initiatives concrètes manquent de mobilisation politique. Se connecter à un réseau tel qu'Attac leur permettrait d'avoir une influence. Mais c'est difficile au sein de l'ESS : où les acteurs sont le nez dans le guidon et où il manque de réflexion politique et globale.

 

* L'ESS a besoin d'avoir des débouchés : comment faire pour que les collectivités locales fassent appel aux entreprises de l'ESS malgré des prix qui peuvent être plus élevés en raison des surcoûts liés à l'absence de dumping social et environnemental

 

* L'ESS a besoin d'une remobilisation citoyenne pour investir les conseils d'administration. Elle a besoin d'aiguillons par rapport aux valeurs, comme l'a fait l'économie solidaire par rapport à l'économie sociale, pour être elle-même un aiguillon par rapport à l'économie en général. Sinon cette dernière aspire et récupère les idées rentables. Les collectivités locales ont repris des initiatives alternatives mais en éjectant les citoyens comme cela a été le cas lors de la municipalisation de crèches parentales où les parents ont disparu. Cependant cela a permis de faire évoluer la prise en compte de la petite enfance par les collectivités locales et les pratiques auprès des jeunes enfants.

 

Le rôle d'Attac est de réfléchir à ces aspects pour qu'un autre monde soit possible tout de suite.

Elle a un rôle d'éducation populaire pour donner des éléments afin de comprendre ce qui se passe et donner un pouvoir d'agir, mais pas seulement en manifestant dans la rue.

Il faudrait relier le réseau de l'ESS et celui d'Attac. Cela a commencé à se faire au niveau international au FSM de Dakar. L'ESS se développe dans les pays du Sud, ce qui est bien préférable au développement de l'économie classique.

 

Il est nécessaire de se confronter aux politiques locales. Par exemple, au niveau de la démocratie locale, on se heurte aux salariés, aux politiques élus, à la méfiance des citoyens qui ont peur d'être manipulés. Nous devons expérimenter de nouvelles procédures comme par exemple le tirage au sort. Il faut confronter nos idées à la pratique et par exemple aller dans les conseils d'administration pour faire changer ce qui se dit et se fait.

 

On ne peut pas se contenter de l'émancipation au sein d'Attac, sinon elle n'aura pas un rôle de transformation sociale. On peut toucher un public plus large en allant par exemple au sein d'une AMAP.

 

Les personnes vivent actuellement de manière isolée, il y a moins de lieux d'échanges. Les initiatives concrètes permettent de créer de nouveaux milieux. Y être, créer des liens, sortir les personnes de la culture créée par le système.

 

Certaines personnes ont des modes de vie alternatifs et radicalement différents. Ils sortent du système. C'est bien pour eux. Ce serait encore mieux de faire des liens entre eux mais ils refusent en général les organisations.

 

Les alternatives peuvent peser sur le système et le combattre. D'ailleurs certaines grandes surfaces sont inquiètes par rapport aux circuits courts et pourraient faire des sortes d'AMAP dans leurs magasins. Si chacun participe à des alternatives concrètes dans les différents domaines, cela donne des possibilités réelles de peser sur le système

 

Il existe 3 plans stratégiques :

* celui des actions de résistance

* celui des politiques

* mais aussi celui des alternatives concrètes. Les sociétés évoluent lentement. Il faut constituer une masse critique quantitative et qualitative d'initiatives concrètes et ainsi construire le paquebot qui renversera le paquebot capitaliste.

 

Ce champ d'initiatives concrètes était porté au début par le mouvement social : bourses d'échanges... Mais ces organisations font barrage maintenant quand on veut créer quelque chose sur le terrain que ce soit au niveau syndical ou politique.

 

Est-ce qu'Attac ne pourrait pas créer quelque chose de nouveau, par exemple au niveau des banques ?

 

Source :

 

Atelier de l'Université citoyenne 2012 d'Attac animé par C Boudou,  J Combes, J-M. Dupond, J-M Coulomb (60 participants)



Fichier attachéTaille
Schéma 4 axes initiatives alternatives.jpg157.59 Ko

Ajoutez des informations à cet article.

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Spirale est un site d'Attac France

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"
sfy39587p00