Skip to content

DES ZONES ECONOMIQUES VERTES EN INDE

En Inde, les adivasis de l'état du Gujarat ont créé « les zones économiques vertes », fondées sur les principes de durabilité, de conscience écologique et de respect des racines culturelles des peuples.


Attac nous permet d'expérimenter d'autres possibles. Comment dans ce monde dominé par l'idéologie néo-libérale est-il possible de créer son propre monde à soi, en lien avec d'autres, comme nous, sur la voie d'une ré appropriation de nos espaces de vie ? Il s'agit d'arrêter de subir. Arrêter de subir mais aussi devenir des acteurs de changement.

Plusieurs articles, ouvrages montrent que nous ne sommes pas les précurseurs d'un mouvement isolé mais, bien au contraire que nous nous inscrivons dans une démarche qui a des ramifications partout dans le monde. Que partout des femmes et des hommes sont dans une lutte de ré appropriation des espaces volés par l'idéologie dominante. Pour cela, s'en convaincre, il faut lire « L'émergence des créatifs culturels » de de Paul H. Ray et Sherry Ruth Anderson.

Dans cet ordre d'idée le texte de Thomas Coutrot « Pour un Attac 2.0 » (http://www.france.attac.org/spip.php?article9973) nous offre cette citation de Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes ; Résister à la barbarie qui vient, La Découverte :

« La vérité qui dérange ici, lorsque sont concernés ceux qui luttent pour un monde « autre », est que c’est maintenant qu’il s’agit d’apprendre à devenir capables de le faire exister » 

J'aimerais donc dans cet article partager cette expérience menée en Inde par les adivasis de l'état du Gujarat. Ils ont créé « Les zones économiques vertes » sur un principe : « Toute forme de développement qui n'est pas fondée sur les principes de durabilité, de conscience écologique et de respect des racines culturelles d'un peuple est par définition génocidaire. » explique le Dr Ganesh Devy. Cette initiative a pour objectif d'assurer aux populations tribales un mode de vie auto-suffisant : optimiser l'activité agricole, utiliser des engrais biologiques, promouvoir les industries locales, créer des liens commerciaux - le tout sans porter atteinte à la bio-diversité ni aux moyens de subsistance locaux. 2200 villages sont pour l'instant concernés.

Si les zones économiques vertes pouvaient acquérir un statut juridique, cela ouvrirait des perspectives inédites avec l'espoir d'un nouvel ordre enfin dirigé par l'homme de la rue.

Cette expérience en cours est relatée dans Courrier international, n° 974 du 2 juillet 2009.

Cette idée de zone économique avec un fonctionnement équitable, écologique et pouvant se prévaloir d'une forme de label m'apparaît être une piste intéressante à explorer et a l'avantage de nous inscrire dans un vrai projet de vie.

 

Photo Wikimedia Commons

Ajoutez des informations à cet article.

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Spirale est un site d'Attac France

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"
sfy39587p00