SPIRALE Actions
Des idées pour agir

Poster un message

En réponse à :

Copenhague, ultimatum climatique (Vidéo)

vendredi 30 octobre 2009 par Spirale

"Copenhague, l’ultimatum climatique" a été conçu pour mobiliser les citoyens sur la question du déréglement climatique à l’occasion du sommet de l’ONU sur le climat de Copenhague du 7 au 18 décembre 2009.

Ci-dessous un résumé de l’argumentaire présenté par Cyrielle Den Hartig, Geneviève Azam et Hervé Kempf.

Film de 20mn réalisé par Béatrice Turpin pour Attac et les Amis de la Terre.

A Copenhague, les dirigeants mondiaux doivent renouveler l’accord de Kyoto et définir une politique capable de faire face aux déréglements climatiques actuels et de réduire de manière importante la production de gaz à effet de serre. Les négociations en cours montrent que les moyens prévus sont loin de répondre aux enjeux et à l’urgence climatique.

Tour à tour, Cyrielle Den Hartig, des Amis de la Terre, Geneviève Azam, d’Attac, Hervé Kempf, journaliste d’environnement, interviennent pour expliquer :

Les enjeux de Copenhague :

Ne pas dépasser 2 degrés de réchauffement pour éviter un emballement climatique aux conséquences très difficiles à gérer (multiplications des sécheresses, des inondations, des feux de forêts, déplacements de populations...). Pour cela, il est nécessaire d’obtenir une solidarité des pays du Nord vis-à-vis de ceux du Sud afin d’aider ces derniers à faire face à ces catastrophes climatiques dont les pays du Nord sont grandement responsables.

Les causes du réchauffement climatique.

Le facteur principal est l’augmentation des gaz à effet de serre (GES) liée au mode de vie occidental dont la surconsommation et le gaspillage sont incompatibles avec les limites des éco-systèmes. La course à la croissance illimitée, maintenant mondialisée avec la globalisation économique engendrée par le système néolibéral, est responsable de l’accélération des changements climatiques.

Impacts selon les secteurs : énergie (27%), transports (13%), industrie (19%), défaut d’isolation thermique des bâtiment (8%), agriculture et surtout élevage (18%), déforestation (18%), déchets (3%)...

Les problèmes de Copenhague :

Les objectifs de réduction de 20% des GES de l’Union Européenne sont insuffisants. Il faudrait une réduction de 40%, obtenue dans les pays du Nord, et non par le biais d’investissements propres à moindre coût dans les pays du Sud. D’autre part, l’organisation d’un marché international du carbone ne permet aucune régulation climatique, la tonne de carbone étant tombée à un prix très bas en raison des spéculations dont elle fait l’objet, et est injuste socialement. De plus, une diminution significative des émissions de GES suppose une transformation des modes de consommation, de production, de transport..., un développement des énergies renouvelables qui nécessitent des investissements extrêmement importants alors que les moyens actuellement envisagés sont très insuffisants.

Les fausses solutions :

Au-delà des impacts environnementaux ou des impossibilités matérielles, croire qu’une solution technique peut résoudre les problèmes de production énergétique est illusoire si l’on ne pose pas au préalable la nécessité d’une réduction drastique de la consommation de ces énergies. Malheureusement les investissements publics vont prioritairement dans ces technologies et non dans l’efficacité énergétique ou les transports en commun.

Ce qu’il faut faire :

Instaurer des taxes globales écologiques, en particulier sur la consommation énergétique, permettant des financements publics internationaux et gérés par les Nations Unies. Ceci permettrait d’assurer, au Nord comme au Sud, le développement d’une économie à basse consommation de carbone et une redistribution des richesses.

Aller vers une forte réduction des inégalités afin de modifier le modèle de surconsommation et tendre vers un modèle de moindre consommation matérielle au bénéfice des domaines où nous avons de réels besoins (éducation, santé, agriculture, transports en commun...), vers un nouveau modèle de société avec un réaménagement des territoires, une relocalisation des emplois, une logique coopérative, une redéfinition de la richesse, du bien-être... Ce ne sont pas les mesures destinées à lutter contre le réchauffement climatique qui vont être insupportables, mais au contraire de ne rien faire d’efficace dans ce sens car cela ne peut mener qu’au chaos.

- La vidéo est visible ici : http://www.dailymotion.com/video/xaw79n_copenhague-l-ultimatum-climatique_news

Le DVD "Copenhague, l’ultimatum climatique" peut être commandé au siège d’Attac France au prix de 5 euros le DVD.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 271720

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License