SPIRALE Actions
Des idées pour agir

Ciném’attac 63

mardi 4 août 2009 par Colette B (Attac 63)

Le groupe Ciném’attac a été créé en avril 2006 par des membres du comité local d’Attac 63 face à la baisse de fréquentation de l’activité « café lecture » organisée précédemment. L’objectif était d’aller à la rencontre de nouvelles personnes en utilisant un support facile d’accès mais aussi en se déplaçant au plus près de leurs lieux de vie.

Cette mobilité a été permise par une collaboration avec l’association Paroles de Bibs qui dispose d’un matériel de projection légère. Les films peuvent ainsi être passés dans n’importe quelle salle des fêtes et dans la plupart des salles communales, un peu partout dans le département.

Un certain nombre de principes ont été fixés dès le départ :

- Limiter le nombre de films choisis de manière à pouvoir mieux préparer les séances : visionner le film à l’avance ; rassembler les informations pour alimenter le débat ; préparer un tract ; proposer divers documents : « 4 pages », synthèse sur le sujet accessible à tous. Ce dernier point est encore insuffisamment développé et doit être amélioré prochainement.

Les mêmes films sont donc projetés régulièrement mais dans des endroits différents. Leur liste s’est agrandie progressivement pour pouvoir continuer à intervenir dans certains lieux ou pour nous permettre d’aborder des sujets d’actualité. Mais elle reste réduite à une dizaine de titres.

Le choix de réduire le nombre de films diffusés, et donc de privilégier la qualité à la quantité, a été le plus adapté. Cela simplifie beaucoup l’organisation. D’une part, une grande partie du matériel est déjà prêt (DVD/VHS, affiches, tracts, documentation). D’autre part, il est plus facile de faire appel aux différents intervenants pouvant animer les débats maintenant que ceux-ci sont déjà intervenus pour des projections antérieures.

- Réaliser une sélection de films en partant des thèmes centraux d’Attac et en fonction de ceux que les membres du groupe avaient déjà pu voir et qui semblaient les plus pertinents. La connaissance des documentaires acquise au sein de l’association Paroles de Bibs a été déterminante dans ce choix.

Les informations données par l’association « Voir et agir » sur les films de leur « catalogue raisonné » ont aussi aidé à trouver des documentaires à programmer.

- Limiter le nombre de lieux de projection (environ 5 par an). Plutôt que de se disperser, il a été décidé d’organiser des projections régulières, tous les 2 ou 3 mois, au même endroit afin d’essayer de « fidéliser » les participants et, par leur intermédiaire, permettre une ouverture à d’autres personnes.

Avec l’expérience, il semble préférable d’organiser d’un coup une série de plusieurs projections sur une même commune, en réduisant à un mois ou un mois et demi le délai entre deux séances. Cela aide à maintenir la dynamique engagée et peut aussi permettre de faire une promotion groupée de plusieurs films. Mais cette régularité n’est pas toujours possible, en particulier en raison du manque de disponibilité des salles.

- Travailler en partenariat avec des personnes ou associations actives sur les communes choisies.Avoir un relais connu de la population locale favorise l’information par « le bouche à oreille » et permet aussi de pouvoir ajuster la programmation à ses préoccupations particulières. C’est indispensable lorsque le lieu de projection est éloigné de Clermont-Fd afin d’effectuer la promotion par affiches, tracts…

- Faire suffisamment de « publicité » avant les projection pour avoir un public le plus diversifié possible, au delà des personnes déjà sensibilisées : par distribution de tracts sur les marchés, affiches sur les feux et chez les commerçants.

La communication par les médias est encore aléatoire et nécessiterait une meilleure organisation pour être plus efficace : établir une liste des différents médias pour chaque lieu de projection, l’utiliser systématiquement, suffisamment à l’avance, et en joignant une documentation. D’autre part, il s’avère plus pertinent de passer par les correspondants locaux de la presse régionale pour informer de la projection que d’envoyer directement un communiqué à la rédaction. Cela peut aussi permettre d’avoir un article a posteriori.

Le site internet et le bulletin papier sont utilisés pour informer nos adhérents. Mais une communication par emails pourrait être développée afin d’envoyer l’information aux sympathisants et aux associations amies.

- En conclusion :

En un peu plus de deux ans de fonctionnement, le rythme de projection est passé progressivement d’une tous les deux mois à près de deux projections par mois en moyenne. L’organisation choisie a permis d’augmenter cette fréquence sans problème bien que l’équipe soit seulement composée de 3 personnes, les mêmes depuis le départ.

Le nombre de participants aux projections fluctue d’une séance à l’autre, la moyenne étant de 30 – 40 personnes par séances. Une plus forte ou plus faible affluence tient souvent à la qualité de la promotion faite auparavant, mais aussi parfois au sujet traité, plus ou moins en adéquation aux préoccupations du moment ou bien au jour choisi. D’où l’importance du partenariat local.

Certains points sont encore à améliorer, en particulier en direction des personnes peu habituées à ce type de réunion, afin de les inciter à venir mais au delà à participer aux discussions. Ainsi il est à noter qu’une plus faible participation ne nuit pas à la qualité des débats et a même l’avantage de permettre à certaines personnes d’oser prendre la parole, ce qu’elles n’auraient pas fait devant plus de monde. Il est aussi préférable que le ou les "intervenants" sachent limiter leurs temps de parole de manière à laisser suffisamment la place à l’expression et aux échanges entre personnes du public.

- Annexe : Les films les plus souvent projetés par Ciném’attac 63 :

Les films sont en général diffusés dans l’ordre suivant dans chaque nouveau lieu de projection :

* Le bien commun, l’assaut final, de Carole Poliquin : Le préféré, systématiquement projeté en premier

* Désentubage cathodique, de Zaléa TV : ou comment les journaux télévisés nous désinforment. De quoi ouvrir les yeux avec humour.

Puis 1 ou 2 films sur les services publics, en fonction de l’actualité et de la situation locale :

* Hôpital au bord de la crise de nerfs, de Stéphane Mercurio

* EDF les apprentis sorciers, de Gilles Balbastre

* La poste, un drôle de pli, de Marie-Pierre Jaury

1 ou 2 films sur le système socio-économique et financier : nous les proposons de plus en plus tôt étant donné l’actualité !

* Turbulences, 24h dans le marché global, de Carole Poliquin

* Chômage et précarité, l’Europe vue d’en bas, Catherine Pozza Di Borgo

* L’affaire Clearstream, expliquée à un employé de Daewoo, de Denis Robert et Pascal Lorent

- Pour plus d’informations :

Vous trouverez des renseignements sur ces films, des extraits vidéo ainsi que du matériel (tracts, documents à diffuser) dans la partie Films du site.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 85 / 266414

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site RESSOURCES  Suivre la vie du site Projections de films   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License