SPIRALE Actions
Des idées pour agir

Les clowns activistes

dimanche 13 février 2011 par Spirale

Pour sortir du classicisme militant et du cercle de convaincu, les clowns de rue organisent des « coups d’éclats permanents » en mettant en avant l’utilisation de l’humour, le côté festif, provocateur, spectaculaire ce qui permet souvent d’avoir une force médiatique.

Les premiers clowns militants se sont entrés en action lors de l’accident de Tchernobyl avec une extension importante en 2003 lors des manifestations contre la guerre du golfe, puis contre le G8 suivant. Actuellement des brigades de clowns se sont développées un peu dans tous les pays En France, on trouve la BAC à Paris, le GIGN à Lyon, les CRS à Clermont-Fd, les CRI à Marseille, les Bla bla bla à Grenoble...

Il s’agit de retrouver la vertu contestataire et subversive des clowns : le renversement est une force qui permet d’imaginer une uthopie sans braquer les gens, sans créer un mur entre les personnes comme lors des interventions sérieuses.

L’action des clowns montre que la radicalité peut être pacifiste. On parle d’ailleurs de pink block pour les clowns pour les opposer aux black block. L’humour des clowns permet aussi de mettre le public et les journalistes de leur côté lors d’une altercation avec les policiers. Le clown va jouer sur la naïveté de celui qui ne comprend pas pourquoi le policier veut lui taper dessus.

Paradoxe d’Erasme : Si le monde est fou, écoutons le fou dans lequel la vérité prend refuge ».

Exemples :

* A Louvain : vente de neurones pour aider les dirigeants à instruire les jeunes. Aspirateur à neurones.

* A Grenoble ville pionière pour les nano technologies : vendeur de puces, gratteurs de puces sur les « pouilleux ». Le groupe Pièces et main d’oeuvre qui a étudié cela sérieusement distribuait des tracts explicatifs.

* Dans un supermarché : osties de la consommation, glorification de l’achat des produits les plus nuls...

* A Clermont exemples d’actions des CRS :

Pour aider le gouvernement lors de l’épidémie de grippe, ils ont établi un cordon sanitaire et procédé à des injections factices de vaccin. Une représentante des laboratoires essayait de vendre ses kits de survie.

Ils organisent aussi des manifs de droite : 150 personnes ont défilé avec des masque de Nicolas Sarkozy, habillés en riches ce qui était relativement impressionnant pour les passants. Renommés Petits frères des riches, ils ont aussi procédé à un enterrement du code du travail. En début d’année, les « timbrés de la poste » ont investi une poste et distribué des chocolats aux salariés.

Des groupes informels se constituent autour d’un noyau central, leur nombre fluctuant selon les propositions. Il faut être au minimum 5-6. Les gens ont envie de militer en s’amusant : il y a un gros potentiel de mobilisation. Evidément l’impact sera augmenté si l’action est bien couverte médiatiquement, d’où un écho plus large.

De manière générale, il est important d’avoir des personnes en plus des clowns pour donner des renseignements, distribuer des tracts, faire le tampon avec l’extérieur et désamorcer des situations d’incompréhension. Celles qui jouent un personnage ne peuvent le faire.

Il faut essayer de penser une action ayant un gros potentiel visuel. La difficulté est d’évaluer la part de premier et second degré. Jusqu’où pousse-t-on, au risque de ne plus être compris. Il est nécessaire de prévoir une préparation importante sur le message que l’on veut faire passer et la manière dont on le fait passer pour qu’il soit bien compris et maîtrisé.

Un autre groupe a organisé le procès des abeilles et du vent, accusés de disséminer les pollens des plantes OGM au-delà des distances dites par Monsanto. Les manifestants essayaient d’attraper le vent avec des fillets à patates. Les gendarmes étaient assez tendus : les clowns sont venus leur serrer la main, les ogligeant à lacher leur armes. Comme c’était amusant, l’action a été filmée par les journalistes et très bien relayé pendant 15 jours, avec différents articles dans les journaux. Du coup elle a eu un impact fort même s’il n’y avait pas de public ce jour là. C’est peut-être une coïncidence mais le paysan propriétaire du champ a ensuite cédé celui-ci à un agriculteur bio !

Sources

D’après l’atelier de l’Altervillage 2010 : "Comment investir l’espace public pour toucher des personnes plus largement et au-delà des militants ?" où Alexandre (Clowns Bla bla bla, Grenoble) a présenté les modes d’actions des clowns de rue.

Pour en savoir plus

*** "Le grand guide rose, outil d’entraînement au clown activisme", écrit par la CIRCA et disponible sur le site dédié (http://grandlivrerose.free.fr/) et en téléchargement ci-dessous.

*** Le livre "Les nouveaux militants" de Laurent Jeanneau et Sébastien Lernould, 2008.


titre documents joints

Le Grand livre rose

17 septembre 2011
info document : PDF
1.7 Mo

Le Grand livre rose

17 septembre 2011
info document : Word
1.4 Mo

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 742 / 272245

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site RESSOURCES  Suivre la vie du site Actions de rue   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License