SPIRALE Actions
Des idées pour agir

Moins de biens, plus de lien

lundi 10 août 2009 par Spirale

" D’un point de vue écologique, la situation économique qui va en empirant pourrait donc être une chance, une opportunité de réduire cette consommation ?

Oui, mais à deux conditions. D’abord, cette baisse nécessaire de la consommation d’énergie doit être assumée politiquement pour qu’elle se fasse dans la justice sociale. Ce n’est pas à la mère célibataire qui gagne 800 € par mois comme caissière, trois jours par semaine et avec des horaires impossibles, qu’il faut demander de réduire sa consommation d’énergie. On a là un enjeu de justice sociale. D’ailleurs, la consommation d’énergie et de matière augmentent selon le gradient des revenus. Réduire collectivement la consommation d’énergie, c’est réduire beaucoup plus fortement celle des plus riches. D’une part parce qu’il est logique de leur demander plus d’effort, puisque ce sont eux qui consomment le plus. Ensuite, cela permettra aux classes moyennes, qui devront porter le gros de la réduction de la consommation, de l’accepter plus facilement. Enfin, cela changera le modèle : pour l’instant, les super-riches définissent pour la société un modèle général de surconsommation ostentatoire ; ils sont les premiers acheteurs de tous ces objets superflus et très sophistiqués que la classe moyenne tente ensuite d’acquérir afin de les imiter. Si on change la façon dont se comporte la couche sociale au sommet de la société, on change le modèle général de la consommation.

Une deuxième chose, essentielle : on est dans une société qui a très largement substitué des consommations matérielles à du lien social. Prenons l’exemple de ce café où nous nous trouvons et qui affiche fièrement des écrans plats au mur. Il faut se demander pourquoi : si nous voyons de plus en plus d’écrans plats dans les cafés, c’est aussi parce qu’ils sont beaucoup moins qu’auparavant un lieu de lien social. Vous avez beaucoup de gens maintenant qui viennent dans les cafés pour boire un coup tout seul. Et comme ils s’ennuient et que ce n’est pas forcément facile de parler à son voisin, ils regardent la télé… C’est un exemple qui illustre l’aliénation culturelle dans laquelle nous sommes plongés : un monde où règne l’individualisme, où nous consommons pour compenser notre manque d’échange, notre frustration affective.

Dernier point : dans un système qui ne cesse de réduire les services collectifs – la politique de Sarkozy est en la matière caricaturale - , la crise – ou la grande transformation – est l’occasion de changer notre étalonnage de valeurs. Et de souligner qu’il faut mieux avoir un bon système éducatif qu’un écran plat, un système de transports en commun performant qu’une deuxième voiture, un accès gratuit au musée ou au théâtre plutôt qu’une télé inondée de pubs. Cette substitution de besoins devient peu à peu claire dans la tête des gens.

Tout ça mis ensemble… Il faut le vivre de manière positive. Ce n’est pas « la crise est l’occasion de… », puisque elle s’impose aux gens. Mais : ce que nous vivons est une grande transformation que nous pouvons collectivement nous approprier, que nous pouvons prendre en main pour changer la société et nous-mêmes, en allant vers davantage d’écologie et de justice sociale. Cette grande transformation implique un changement politique. Mais nous avons à trouver la stratégie politique qui permettra de chambouler l’oligarchie, de changer le rapport de forces. [ ]

Vous avez des pistes ?

Une formule guide : moins de biens, plus de liens. Et une idée primordiale : les solutions sont déjà là. Partout se créent des scops, des coopératives, des échanges de temps, des nouvelles techniques écologiques, sociales, agricoles… Il faudrait plusieurs volumes pour raconter toutes les initiatives intéressantes déjà à l’œuvre. Le temps manque ici pour développer ce point, mais la logique de l’économie coopérative – donc de partage de la propriété des outils de production – est une clé de l’avenir. Nous connaissons ou esquissons les solutions, nous savons au fond de nous comment faire, il faut juste créer une conscience commune à tous ces expérimentateurs, ces alternatifs et ces créatifs. Nous devons profiter du confort que nous avons encore de pouvoir réfléchir, lire et discuter sans être prisonnier de l’impératif dramatique et anxiogène de la nécessité. Et il nous faut garder en tête qu’on agit avec plus de de force et d’efficacité quand on est mu par le désir de réaliser quelque chose. A nous de savoir vers où on veut aller : le nouveau monde, ou l’asservissement"

L’article complet : "Hervé Kempf : « Ce que nous vivons n’est pas la crise, mais la mutation de sortie du capitalisme. »" par JBB paru mardi 13 janvier 2009, sur le site article 11 : http://www.article11.info/spip/spip.php?article237

Par : Adm. le 10 08 09. Article transmis par Maël Theulière


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 103 / 272245

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site PAR THEMATIQUES  Suivre la vie du site Ecologie Climat   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License